À propos

Que se passe-t-il lorsque, en situation de guerre civile, au coeur du familier, s'évanouit la familiarité ? Dans une maison pleine d'ennemis, en ce point zéro du politique où la discrimination entre l'ami et l'ennemi n'a plus nulle évidence ?

Cet ouvrage interdisciplinaire, en examinant plusieurs situations de guerre civile allant du XVIe siècle à nos jours, de la France à la Chine en passant par l'Algérie, entend ainsi interroger ce qu'il advient quand le voisin peut vous égorger, le boucher vous empoisonner, votre accent vous trahir, le fils dénoncer et la rue, naguère familière, se faire guet-apens : « Car en matière de guerres intestines, écrit Montaigne au XVIe siècle, votre valet peut être du parti que vous craignez. » Dans cet univers chaotique, l'espace, mais aussi la langue, les amis, les objets - le sens commun en un mot -, se dérobent, cessent d'être immédiatement appropriables, et nécessitent d'être constamment redéfinis. À l'inverse, le fonctionnement social en « période normale » se caractérise par un haut degré d'implicite. Une part essentielle des règles, des conduites à tenir, des préséances à respecter, des itinéraires à emprunter, le sens des mots, leur prononciation, les identités à reconnaître, tout cela va de soi ou, mieux, indiffère. Ce qu'il faut faire, ou dire, n'a, dans le cours ordinaire de l'existence, nul besoin d'être affiché, mais se joue le plus souvent en silence, dans les ajustements tacites que l'habitus ou le « sens commun » permettent d'opérer.

C'est ce sens commun ordinaire du cours des choses, qui n'est certes pas sans conflits, que la guerre civile, en déchirant le partage entre implicite et exigence d'explicitation, vient révéler dans sa profondeur. En ce sens, cet ouvrage propose non seulement un mode d'enquête sur l'expérience intime et sociale de la guerre civile, avec sa désagrégation et ses réajustements imposés, mais il offre aussi une réflexion sur la manière dont les ordres sociaux pénètrent et organisent la toile ordinaire des existences, autrement dit sur la manière dont le social fait corps, résiste, ou cède.

Préface de Patrick Boucheron et postface de Gilles Dorronsoro :

Contributions de Michael J. Braddick, Thomas Chopard, Élisabeth Claverie, Quentin Deluermoz, Jérémie Ferrer-Bartomeu, Jérémie Foa, Laurent Gayer, Aïda Kanafani-Zahar, Nida Kirmani, Jean-Clément Martin, Tobie Meyer-Fong, Malika Rahal, Stellio Rolland, Mercedes Yusta Rodrigo et Sophie Wahnich.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société > Thèmes et questions de société autre


  • Auteur(s)

    Quentin Deluermoz, Jérémie Foa

  • Éditeur

    Editions De La Sorbonne

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    10/11/2022

  • EAN

    9791035107963

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    334 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    538 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Quentin Deluermoz

Quentin Deluermoz est professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Paris. Il a notamment publié :Commune(s), 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle (Paris, Seuil, 2020).

Jérémie Foa

  • Naissance : 1-1-1977
  • Age : 47 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Jérémie Foa est maître de conférences HDR en histoire moderne à Aix-Marseille université (laboratoire TELEMMe). Il a récemment publié, avec Pochep, Sacrées guerres. De Catherine de Médicis à Henri IV (" Histoire dessinée de la France ", La Revue Dessinée/La Découverte).

empty