À propos

Le principe d'égalité fonde notre démocratie parce qu'il fonde notre justice. Il nourrit tellement notre sentiment du juste que nous peinons à imaginer une justice en dehors de ce principe. Pourtant, avant son affirmation par les révolutionnaires français, les tribunaux de l'Ancien Régime examinent et condamnent quotidiennement. Mais sur quelle base ? Au nom de quoi ? Selon quelles règles et procédures ? Et puis, qui sont ces condamnés ?
Arlette Farge convoque ici les faits les plus divers ou des grandes affaires pour dresser le tableau très vivant d'une justice bien singulière à nos yeux, celle du XVIIIe siècle. Ignorant la prison, obsédée par l'aveu, déchirant les corps et poursuivant les mauvaises pensées, la justice d'Ancien Régime régit un ordre social qui, par contraste, nous permet de mieux concevoir notre propre idéal de justice. Grâce à ce récit brillant, Arlette Farge nous aide à comprendre le terreau sur lequel les grandes réformes judiciaires et politiques de la fin du XVIIIe siècle ont été pensées. C'est là un moment décisif et fondateur de notre histoire.


Rayons : Entreprise, économie & droit > Droit > Droit généralités > Histoire du droit


  • Auteur(s)

    Arlette Farge

  • Éditeur

    Bord De L'eau

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    15/05/2013

  • EAN

    9782356872364

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    100 Pages

  • Longueur

    13 cm

  • Largeur

    20 cm

  • Épaisseur

    0.6 cm

  • Poids

    70 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Arlette Farge

Historienne du XVIIIème siècle, directrice de recherches au CNRS-EHESS,
Arlette Farge est l'auteure d'une trentaine d'ouvrages dont Essai pour
une histoire des voix et La déchirure. Souffrance et déliaison sociale au XVIIIe siècle aux éditions Bayard.

empty