La Boite A Bulles

  • « Dites aussi aux Français qu'il reste un homme en Autriche qui ne leur est pas soumis et qu'il ne porte aucun titre ! ».
    1806, Beethoven a 36 ans et réside au palais du prince Alois von Lichnowsky, son ami et mécène, où il va nouer une amitié avec le jeune fils du prince, Eduard. C'est le temps des grandes conquêtes napoléoniennes et l'Autriche est désormais occupée par les troupes françaises. Pour montrer aux officiers français qu'il reçoit à dîner, « ce que reste un prince d'Autriche », von Lichnowsky met un point d'honneur à ce que le compositeur joue devant ses hôtes. Mais Beethoven refuse de faire montre de son talent. Par insoumission, non seulement à l'égard des vainqueurs, ces « serviteurs de la tyrannie » mais également à l'égard de son protecteur qui veut l'exhiber. Il est et restera un homme libre !
    À travers le récit de cette journée particulière, Régis Penet fait oeuvre biographique et dresse un portrait saisissant de « l'ours des salons » : un génie sûr de son talent, indomptable et épris de liberté. Instructif, émouvant... tout simplement magnifique !

  • J'ai vu les soucoupes Nouv.

    Qui peut bien se laisser aller à croire aux extraterrestres ? Ou pire à penser en avoir déjà aperçus ! Eh bien, Sandrine Kerion, elle, y a cru.Tout a commencé le jour où elle s'est imaginée avoir vu des soucoupes volantes. C'était dans les années 90, elle était une adolescente nerd un peu paumée, grandissant dans une famille déchirée, un terreau particulièrement fertile pour que la jeune fille sombre dans ces croyances et illusions. Persuadée d'être une « contactée », une élue chargée par les aliens d'une mission envers l'humanité, elle sombre peu à peu dans les théories du complot et autres thèses révisionnistes. D'après l'autrice - qui a pris énormément de recul et s'est beaucoup documenté sur le sujet - pour en venir à croire à tout et n'importe quoi, il suffit... d'en avoir besoin.J'ai vu les soucoupes est le récit d'une plongée dans la folie douce et l'évocation du contexte tant familial que sociétal qui y a contribué. Mais c'est aussi celui d'une reconstruction et d'un lent retour à la réalité à laquelle l'auteure porte forcément un regard un peu décalé !

  • Bruxelles, 2012.
    Billie reçoit un appel de sa mère l'informant que la juge aux familles a décidé de rendre Soledad, sa soeur d'accueil, à sa mère biologique. Pour la famille, c'est tout à la fois un désaveu cinglant et surtout un drame car ils craignent pour la stabilité émotionnelle de Soledad.
    Sans hésitation aucune, la jeune femme abandonne la capitale belge et ses études de médecine pour revenir au sein du cocon familial, au beau milieu de la forêt, retrouver ses parents et ses 4 autres frères et soeurs. Son retour auprès de sa tribu sera bientôt suivi par celui de Soledad, déçue et traumatisée - une fois de plus - par le rejet de sa mère biologique.
    Si cette famille originale ne manque ni de charme ni de solidarité, ni d'originalité, chacun de ses membres se retrouve face à ses propres difficultés, que ce soit pour définir des choix de vie, pour se trouver une profession, ou pour continuer à croire en son rôle de parent d'accueil face aux aberrations d'une administration bornée...
    Car le mal-être de Soledad, jeune adolescente tourmentée, se trouve amplifié par les événements récents, avec un sentiment d'abandon décuplé et l'impression de n'avoir sa place nulle part, pas même dans sa famille d'accueil. Autour d'elle, la tribu tente de faire front et de l'apaiser.
    Mais c'est sans compter sur l'obstination et l'aveuglement d'un trio d'assistantes sociales au rôle de quasi sorcières maléfiques...
    S'inspirant de son expérience en tant que soeur d'accueil, Tiffanie Vande Ghinste livre ici un récit intimiste empreint d'émotion et de poésie sur le quotidien des familles d'accueil, marqué autant par les défis à relever que par la richesse des relations et l'intensité des moments de joie...

  • Ce second volume traite des opérations d'envergures visant à mettre en pratique leurs idéaux. Makhno raconte ses combats menés à la tête d'une armée insurrectionnelle, pour établir une zone révolutionnaire libertaire puis pour la défendre face aux impérialistes et aux bolcheviks.
    De son côté, Durruti détaille les actions qu'il a commis dans l'espoir d'affaiblir le pouvoir en place et le patronat, tant en Espagne et en Amérique Centrale.
    Une suite et fin aussi passionnante qu'instructive sur un pan de l'Histoire européenne souvent oublié...

  • Lucha est l'histoire du mouvement du même nom, créé par de jeunes Congolais de tous milieux, origines et religions qui ont choisi de mener un combat pacifique dans un pays où les choses se règlent souvent par les armes, le clientélisme ou la corruption.
    C'est en Janvier 2012 que ce mouvement citoyen voit le jour à Goma, dans l'Est de la République démocratique du Congo (Kivu), une région soumise aux nombreuses exactions de groupes armés.
    Animé par le désir d'un pays nouveau, véritablement indépendant et démocratique, La Lucha milite, à travers des actions non violentes pour l'accès à l'eau, à l'éducation, la fin de l'impunité des groupes armés et la tenue d'élections présidentielles. Le mouvement a très vite attiré l'attention des autorités qui répriment régulièrement leurs actions.

  • Dans ce nouvel album, Bruno Loth retrace les principaux événements qui ont marqué la vie des deux anarchistes Buenaventura Durruti et Nestor Makhno qui ont en commun d'avoir réussi à mettre en pratique l'anarchie sur tout un territoire (Catalogne - Ukraine).
    En 1927, après une tentative de coup d'État contre le roi d'Espagne Alphonse XIII, Durutti est emprisonné en France. Finalement libéré, il échappera à l'extradition vers l'Argentine, mais aura 10 jours pour quitter la France. C'est à Paris, dans la clandestinité, que Durrutti rencontre Nestor Makhno, figure de l'anarchisme ukrainien, communiste libertaire et fondateur de l'armée révolutionnaire insurrectionnelle Makhnovchtchina.
    Cette rencontre sera pour eux l'occasion de confronter leurs expériences et leurs idéaux...

  • Oscar se voit comme un dominateur-né qui aime être entouré de courtisans ou plutôt de souffre-douleur. Accompagné de sa bande de suiveurs, il prépare l'exposition qui imposera à tous l'ampleur de son talent.
    Oscar est sans pitié. Il a aimé sa voisine, Anna, abusé quelques temps de sa naïveté avant de rompre. Point final de l'histoire, pensait-il. Mais Oscar se trompait, Anna lui réservait quelques surprises.
    Initialement, "Anna" s'appelait "Hôtel Particulier" et seul le premier tome de ce thriller psychologique était paru aux éditions Soleil. En 2004, La Boîte à Bulles en avait proposé une version intégrale déjà intitulée "Anna", mais celle-ci ne rendait pas grâce au travail d'encrage de Chistophe Bec.
    En voici donc une version grand format entièrement retravaillée, du lettrage aux scans...
    L'occasion de découvrir tout le charme et le venin jubilatoire de cet album, le plus intimiste de l'oeuvre de Christophe Bec, entièrement réalisé d'après des images tournées pour l'occasion.
    Une peinture de moeurs aussi saisissante que cruelle et ironique et une plongée dans le milieu de l'art contemporain caustique à souhait. Un microcosme que Stéphane Betbeder connaît bien pour l'avoir fréquenté quelques temps.

  • En 1860, l'explorateur périgourdin Antoine de Tounens quitte la France pour s'établir en Araucanie et Patagonie, territoires à l'extrémité australe de l'Amérique du Sud. Son rêve est ambitieux : il souhaite régner sur ces régions et unifier le peuple Mapuche pour le libérer du joug du gouvernement chilien. Malgré un premier échec, il tentera par trois fois de soulever ce peuple face à l'oppresseur.
    Chaque tentative se soldera par un échec et une amertume cuisante... Ainsi, l'explorateur livre le récit de cette épopée dans lequel la frontière entre réalité et fiction est de plus en plus floue. Et de fait, à l'instar de Don Quichotte, Tounens ne voit que l'aspect romanesque de son entreprise et non toute la folie et la démesure qui entourent son projet. Retour sur le parcours d'un homme qui, à défaut de régner sur un territoire, ne réussit qu'à être roi du vent...

  • Après une rupture, Johan part au Brésil pour se déconnecter de sa vie en France et des réseaux sociaux, qui occupent une grande place dans sa vie de militant. Sur place, il découvre Rio et son carnaval, la fête, les costumes mais aussi un aspect plus sombre du quotidien brésilien : les lynchages. Pris dans l'euphorie de la foule, il assiste au passage à tabac d'un homme que les "justiciers" présentent comme un voleur.
    Tous deux seront secourus par Marcela, militante contre les lynchages publics. Johan se lie d'amitié avec elle et découvre à ses côtés la terrible réalité d'un pays où, par manque de confiance à l'égard des autorités, certains ont choisi de faire justice eux-mêmes... A travers ce récit coup de poing, les auteurs questionnent notre perception des notions de justice, de présomption de culpabilité, et la mettant en perspective à l'heure des réseaux sociaux et des pratiques déviantes qu'ils favorisent.

  • Quels sont les revenus des agents économiques ? comment se financent-t-ils ? Autant de questions pointues auxquelles la formatrice en économie, Claire Fumat et un collectif d'illustrateurs, répondent minutieusement chapitre par chapitre !

    Jargon et grandes théories économiques et sociales passent à la moulinette de la pédagogie et de l'humour pour être exposées en illustrations claires et ludiques facilitant la compréhension et la mémorisation.

    Au travers d'exemples humoristiques et décalés, ce livre vous donnera les clés pour comprendre les fondamentaux de la discipline, décrypter l'actualité économique et sociale et saisir les enjeux de notre époque.

    Tout le programme de sciences économiques et sociales de Première dans une série de bandes dessinées à mettre entre toutes les mains !

  • En 2005, Nicolas Wild, dessinateur de bande dessinée, trouve à la fois un plan squat et un boulot. Seulement c'est un peu loin : à Kaboul, dans un Afghanistan encore instable après la guerre. Voilà donc ce jeune insouciant transporté dans une capitale en crise, chargé de dessiner une adaptation de la constitution afghane, puis d'oeuvrer à une campagne de communication pour la lutte contre l'opium. Un véritable succès pour cette série portée par l'engouement de ses lecteurs.

  • Comment se forme et s'exprime l'opinion publique ? Voter est-il une affaire individuelle ou collective ? Autant de questions pointues auxquelles la formatrice en économie, Claire Fumat et un collectif d'illustrateurs, répondent minutieusement chapitre par chapitre !

    Jargon et grandes théories économiques et sociales passent à la moulinette de la pédagogie et de l'humour pour être exposées en illustrations claires et ludiques facilitant la compréhension et la mémorisation.

    Au travers d'exemples humoristiques et décalés, ce livre vous donnera les clés pour comprendre les fondamentaux de la discipline, décrypter l'actualité économique et sociale et saisir les enjeux de notre époque.

    Tout le programme de sciences économiques et sociales de Première dans une série de bandes dessinées à mettre entre toutes les mains !

  • Alice est une jeune fille de la petite bourgeoisie strasbourgeoise. En septembre 1939, à 21 ans, guide de France, anticonformiste et francophile s'engage comme infirmière dans l'armée française. Après la débâcle, elle rentre chez ses parents à Strasbourg, alors que les Allemands s'emploient à nazifier la province.
    Très vite, Alice s'insurge contre la situation, et avec une amie, met sur pied une équipe clandestine qui vient en aide aux prisonniers de guerre français et étrangers enfermés dans les casernes de la ville.
    Pendant deux ans, elle recueillent, nourrissent, munissent de faux papiers et exfiltrent d'Alsace près de 500 détenus fuyant l'incorporation de force dans l'armée allemande.
    Mais suite à une imprudence, le réseau est repéré, les filles arrêtées, et enfermées dans la forteresse de Ziegenhain (près de Bonn). Lucienne, la cheffe d'équipe est condamnée à mort. En septembre 1944, Strasbourg est libéré, Alice n'a alors plus qu'une idée en tête, s'évader, et retrouver sa famille.

  • En août 2014, L'Etat islamique s'empare de la région montagneuse de Shingal, dans le nord-ouest de l'Irak, où il perpétue un véritable massacre à l'encontre du peuple yézidi. Asmail, son frère Mazlum et leur famille sont des leurs. Comme nombre d'autres Yézidis, ils vont devoir fuir vers ce refuge ancestral que constituent les montagnes de Shingal et lutter pour la survie de leur peuple... Si la crise humanitaire qui a découlé de cette tragédie est relativement connue de tous, de nombreuses zones d'ombre persistent quant aux éléments qui ont conduit au génocide et à l'exode de toute une population.
    Tout au long de cet album, Tore Rorbaek et Mikkel Sommer donnent corps à un peuple méconnu, victime de la barbarie humaine, et tentent de faire la lumière sur ces éléments d'histoire souvent passés sous silence...

  • Son épouse a beau le supplier de ne plus risquer sa vie en Afghanistan, Sean Langan ne peut d'empêcher d'y retourner. Ce pays, le journaliste anglais, le connait comme sa poche depuis son premier reportage làbas, en octobre 1999, pour la BBC.
    C'était avant le 11 septembre, avant l'intervention des troupes occidentales...
    En 2008, alors que Sean cherche à interviewer un chef pachtoune taliban, combattant les forces de l'OTAN, lui et son fixer se font kidnapper en zone tribale pakistanaise. Leur vie ne tient plus qu'à un fil...
    Heureusement, son humour anglais le tient à l'abri du désespoir. Et les complexes mais généreuses règles de l'hospitalité pachtounes le protègent finalement des pires menaces. Depuis son cachot, Sean se fait même l'observateur avisé des tensions qui agitent ces tribus d'hommes d'honneur...
    Au travers des aventures de Sean Langan, Nicolas Wild porte une nouvelle fois un regard décapant et plein d'humour sur la réalité afghane.

  • On avait quitté Nicolas en Afghanistan ; on le retrouve à proximité de Téhéran, venu assister à l'inauguration du centre culturel Zoroastrien de Yazd. A travers ce séjour en Iran, mais surtout dans les coulisses du tribunal de Grande Instance à Paris, il nous dévoile les dessous d'une affaire qui avait bien peu de chances d'arriver jusqu'à nous.
    Son amie Cassandra a perdu son père, le dénommé Kasra Vadarafi. Figure emblématique de la culture Zoroastrienne (plus vieille religion monothéiste du monde) en Iran doublé d'un humaniste au franc-parler, Kasra s'était attiré les foudres de la république islamique à plusieurs reprises, se voyant régulièrement pris à parti ou menacé de mort.
    Son assassinat intervient dans une vague de meurtres ayant touché les leaders Zoroastriens à travers le monde (entre 2005 et 2008) mais qui ressemblent plus à des affaires de moeurs qu'à des assassinats politiques.
    Sans perdre son indéfectible sens de l'humour, Nicolas décortique les « non-dits » d'un procès instruit comme une banale affaire de moeurs. et nous propose sa propre version des faits.

  • Un soir de janvier 1945 à Haarlem, alors que les Pays-Bas sont encore occupés, Anton Steenwijk, douze ans, voit sa vie s'effondrer.
    Fake Ploeg, un collaborateur nazi tristement célèbre pour sa cruauté est abattu dans la rue par des résistants hollandais. Le corps est retrouvé devant la porte de la maison familiale des Steenwijk.
    En représailles les Allemands brûlent la maison et assassinent les parents et le frère aîné. Des années plus tard, Anton devenu médecin offre l'image d'une tranquille réussite. Et pourtant, dans l'apparente quiétude de sa vie, des rencontres fortuites, des moments de crise font revivre le drame... jusqu'à ce qu'Anton apprenne finalement ce qui s'est réellement passé cette nuit-là, en 1945 - et pourquoi.

  • Après avoir décrypté les fondamentaux de l'économie et de la sociologie dans quatre volumes hauts en couleur, Claire Fumat et Émilie Boudet s'attellent cette fois au pro-gramme de seconde. Comment les économistes, les sociologues et les politistes raisonnent-ils et travaillent-ils ? Comment se forment les prix sur un marché ? ou com-ment devenons-nous des acteurs sociaux ? Autant de questions pointues auxquelles les deux auteures répondent minutieuse-ment chapitre par chapitre dans ce nou veau volume. Jargon et grandes théories économique passent à la moulinette de la pédagogie et de l'humour pour être exposées en illustrations claires et ludiques facilitant la compréhension et la mémorisation.
    Au travers d'exemples humoristiques et décalés, ce livre vous donnera les clés pour comprendre les fondamentaux de la discipline, décrypter l'actualité et saisir les en-jeux de notre époque.
    Tout le programme de sciences économiques et sociales de seconde dans un album à mettre entre toutes les mains !

  • L'histoire des Vietnamiens en Nouvelle-Calédonie commence à la fin du 19e siècle, alors que les entreprises françaises ont besoin de main d'oeuvre pour exploiter les mines de nickel de l'île.
    On laisse croire aux candidats indochinois, écrasés par la misère chez eux, qu'il s'agit d'une aubaine. De nombreuses vagues d'engagés vont se succéder jusqu'en 1945.
    Durant ce demi-siècle marqué par l'esprit colonial, les engagés sont maltraités, sous prétexte de soumission au code de l'indigénat, au même titre que les Kanaks. Une majorité d'entre eux retournent au Vietnam après la seconde Guerre Mondiale.
    Mais près d'un millier d'entre eux sont restés sur le Caillou, donnant naissance à une communauté forte aujourd'hui de plus de 2500 personnes.
    Composante active de la mosaïque ethnique de l'île, la communauté vietnamienne rappelle que les enjeux entre loyalisme et indépendantisme ne se résument pas à une dualité entre blancs et noirs.

    Mêlant investigation et témoignage, Clément Baloup nous emmène à la découverte d'un épisode méconnu de l'histoire coloniale française sur une île à la fois infernale et paradisiaque.

  • Suite à la réforme du programme, les deux premiers tomes de socio et éco de 1ère en version entièrement mise à jour. Après avoir décrypté les fondamentaux de l'économie dans le premier volume Toute l'éco en BD, place à la sociologie. Cette fois, Claire Fumat et Maud Hopsie s'interrogent sur la socialisation, les groupes et les réseaux sociaux. Comment construire sa place dans la société ? Comment les réseaux sociaux ont-ils changé notre rapport aux autres ? Toute une série de questions auxquelles les auteures répondent par des illustrations claires et ludiques pour faciliter la compréhension et la mémorisation. Au travers d'exemples humoristiques et décalés, ce livre vous donnera les clés pour saisir les fondamentaux de la discipline, comprendre les mécanismes sociaux, décrypter la société dans laquelle nous vivons, et la place que nous y occupons. Tout le programme de sciences économiques et sociales de Première dans une série de bandes dessinées à mettre entre toutes les mains !

  • Comment imaginer que voici 150 ans, il a fallu toute la détermination de Pierre de Nohlac pour sortir de l'oubli le Château de Versailles ?

    Comme toute sa famille, Henri mène une vie de château... Et pas dans n'importe lequel ! Au château de Versailles où son père travaille. Mais grandir dans un palais ne rend pas la vie forcément plus belle, surtout lorsque votre père a décidé de dédier la sienne à cet édifice.

    En 1887, Pierre de Nolhac est nommé attaché au Château de Versailles afin de veiller sur ses collections, derniers trésors d'une royauté désormais abolie. Le jeune homme a de l'ambition : rapidement promu conservateur, il veut que le palais du Roi-Soleil retrouve une place de choix dans le coeur des politiciens, des artistes, des Français tout simplement. Il mettra toute son énergie pour redonner au lieu ses lettres de noblesse... Mais à quel prix pour sa vie personnelle et celle de ses proches ?

    Son fils Henri nous conte sa vie de famille et de château, un récit mêlant joies et drames, petite et grande histoire...

  • Guernica

    Bruno Loth

    Espagne, 1937, la ville de Guernica est ravagée par une attaque aérienne sans précédent. Ce crime de guerre entrera dans l'histoire comme le premier bombardement aérien de civils et comme la source d'inspiration pour Pablo Picasso d'un de ses tableaux les plus célèbres.

    Guernica de Bruno Loth, est une fenêtre ouverte sur l'histoire qu'on ne raconte pas : la destinée de ceux dont la vie fut anéantie, en même temps que leur ville. Il met ce récit en parallèle avec le cheminement artistique de Pablo Picasso, qui voudrait exprimer sa rage de voir son pays ravagé par la guerre, menacé par le fascisme mais qui peine à trouver l'inspiration pour ce faire.

    Dans cet album, Bruno Loth nous plonge dans l'intimité des habitants et de l'artiste pour donner les clés d'une oeuvre majeure de l'art.

  • Avec Putain de vies, l'illustratrice et auteure Muriel Douru aborde un sujet polémique, captivant et rarement traité en BD : la prostitution. Pour recueillir ces parcours de vie, Muriel s'est jointe aux maraudes de l'association Médecins du monde dédiées aux travailleuses du sexe.
    Sans misérabilisme aucun, Muriel donner une visibilité à des personnes qui ont rarement droit à la parole, qui sont invisibles alors même qu'elles sont bien souvent au coeur de nombreuses conversations.
    Les gens parlent à leur place, disent ce qui est bien ou mal, condamnent sans savoir ni même les écouter.
    L'auteure nous amène à la rencontre d'Amélia, Nigériane, exilée en France et prostituée de force, mais aussi de Laurianne, Escort Girl sans tabou, ou encore de Giorgia transexuel colombien et séropositif, contraint de quitter son pays et de se prostituer pour payer son traitement.
    À travers cette série de portraits, ce livre rend compte sans parti-pris de leur situation, propose un témoignage pluriel, juste, humain, bien loin des clichés que véhicule la prostitution.

  • Au Burkina Faso, de nos jours : Hippolyte sirote tranquillement une bière en compagnie de sa troupe de comédiens fauchés, quand débarque la merveilleuse Adjaratou. Il tente une approche vers cette divine créature qui, entre deux plaisanteries sur l'incompatibilité de leurs ethnies respectives (elles sont dites "parentes à plaisanterie"), lui lance un défi pour calmer ses ardeurs : s'il arrive à réunir un million de francs CFA sous une semaine, elle l'épousera.

    Hippo accepte sans hésiter, et se met aussitôt en quête de cette somme.
    Dans ce but, il élabore différents stratagèmes des plus farfelus aux plus astucieux.
    Heureusement, il peut compter sur le soutien de sa famille et de ses amis bluffés par sa débrouillardise.

    Parviendra-t-il à conquérir la belle demoiselle ? Ting Tang Sap Sap est une ode teintée d'humour à l'art de la débrouille et à la solidarité.
    Un beau voyage, dépaysant et drôle, servi par un trait d'une rare finesse.

empty