• Le 22 octobre 1958, Elena, jeune fille de la bonne société de Buenos Aires, sent que la vie de son père et la sienne sont en danger. Elle coud une lettre d'appel au secours dans une robe, et tente de la confier à une amie couturière. Quarante ans plus tard, Inès achète la robe et trouve la lettre, jamais parvenue à sa destinataire. Intriguée, elle fait quelques recherches et découvre qu'Elena se serait suicidée peu après avoir écrit la missive. Inès n'y croit pas et décide de se lancer sur les traces d'Elena en se faisant passer pour une apprentie journaliste. Elle rencontre alors Amparito, ancienne femme de ménage chez Elena. Ensemble elles vont mener l'enquête, car si le terrible destin d'Elena a été scellé il y a quarante ans, les assassins, eux, sont toujours en vie.

  • « Mon grand-père m'avait promis une tarte aux pommes pour le goûter, j'ai donc pressé le pas. Il faisait un temps glacial.[.] Un silence étrange semblait descendre du ciel. Je n'ai jamais vu la neige tomber, mais j'avais appris dans un livre que le moment qui précède les premiers flocons ressemblait à ça. J'ai voulu me rappeler où j'avais lu ça exactement et j'ai commencé à faire mentalement la liste de tous mes romans préférés, jusqu'à repenser à un polar où l'inspecteur Maigret revenait dans son village d'enfance parce qu'il avait reçu une lettre dans laquelle on annonçait qu'un crime se préparait là-bas. J'avais oublié les détails mais je me souvenais bien qu'il faisait un froid intense, que les après-midi étaient gris, que l'inspecteur Maigret parcourait le village d'un bout à l'autre, et qu'après il se réchauffait devant le poêle de l'auberge où il était logé. ».

    Comme dans ses romans préférés, Maléna enquête sur un crime survenu dans le village de son grand-père. Un innocent est accusé du meurtre de l'infirmière, l'affaire pourrait avoir un lien avec la maison abandonnée du mystérieux Anglais et avec le vol d'un diamant inestimable en Angleterre dans les années trente.

  • Manuel est sous le choc : don Mauricio s'est donné la mort.
    Pourtant, Manuel refuse de croire à un suicide. Le vieil homme était trop attaché aux petits plaisir de la vie. Sans oublier sa grande passion : sa collection de timbres, qu'il aimait montrer à Manuel. Don Mauricio a été assassiné. Manuel n'en doute pas une seconde, car le timbre le plus rare et le plus précieux de don Mauricio, la Dame d'Elche, a mystérieusement disparu.
    Qui est le coupable ? Est-ce Etelvina, la dame qui venait faire la cuisine et le ménage chez don Mauricio ? Et puis, qui est cet étrange touriste allemand qui s'est installé dans son appartement ? Tant pis si personne n'est de son avis, Manuel est bien décidé à mener seul l'enquête.

  • Il est très tard, un soir d'été. Anita rentre du restaurant avec sa grand-mère lorsqu'elle aperçoit une lumière qui s'allume et s'éteint plusieurs fois à la fenêtre d'une maison voisine. Puis plus rien. Il n'en fallait pas tant pour piquer la curiosité d'Anita. Quand le flash lumineux reparaît à quelques nuits d'intervalle, qu'il est toujours suivi du bruit d'une voiture qui démarre, Anita décide d'ouvrir son carnet et de mener l'enquête au côté de son ami Matías. A partir de 9 ans.

  • Où est passé le majordome  ? Dix jours de vacances dans un palais avec piscine, c'est le rêve, non? Eh bien, pour Tomás, c'est la réalité, car sa grand-tante est gouvernante d'un manoir avec lits à baldaquin, tourelles et monte-plats. Comme les propriétaires sont absents, on peut profiter de la maison. Mais la nuit, le rêve tourne au cauchemar : des bruits bizarres résonnent à travers les murs. On dirait que ça vient d'en haut, de la bibliothèque de Monsieur Lorenzo, l'ancien propriétaire du château, mort depuis longtemps, assassiné à coups de marteau. Mais alors qui cogne ainsi la nuit? Un fantôme? Un fou? Un prisonnier? Et où est passé le majordome que Tomás avait rencontré lors de sa dernière visite? Il en est sûr, on lui cache quelque chose. Aidé de Camila, la petite-fille de la cuisinière Eulalia, il va résoudre un mystère, et peut-être même sauver une vie.

  • Le lieu perdu

    Norma Huidobro

    Villa del Carmen.
    Il y a ceux qui partent, et ceux qui restent. Ceux qui envoient des lettres de Buenos Aires, et ceux qui les reçoivent, dans cette province du nord de l'Argentine. Marita attend les lettres de Matilde. L'une de celles-ci aiderait peut-être le dénommé Ferroni à mettre la main sur l'amoureux de Matilde, un prétendu subversif en cavale. Mais l'obtenir de cette "fille de pierre", n'est pas chose facile. Alors il faut questionner les vieilles de ce stupide lieu perdu, parcourir les ruelles poussiéreuses, se nourrir d'empanadas.
    Attendre, attendre et encore attendre. Et l'attente, on le sait, est mauvaise conseillère.

  • Dans le quartier de Barracas, tout le monde croit que le vol du parapluie n'a aucun sens. Personne n'a fait le lien entre cette disparition et les événements étranges qui se sont produits ces derniers jours.

    Jusqu'à ce qu'Anita, avec l'aide de Matias, se décide à mener l'enquête : que s'est-il passé dans la galerie d'art ? Qui a essayé d'entrer dans la maison de Marta ? Pourquoi Beatriz est-elle suivie ?

  • Comme dans ses romans préférés, maléna enquête sur un crime survenu dans le village de son grand-père.
    Un innocent est accusé du meurtre de l'infirmière, l'affaire pourrait avoir un lien avec la maison abandonnée du mystérieux anglais et avec le vol d'un diamant inestimable en angleterre dans les années trente.

empty