Sciences humaines & sociales

  • C'est peut-être le testament spirituel de Benoît XVI. Depuis sa renonciation en 2013, le pape émérite avait promis le silence. Il sort subitement de sa réserve au printemps 2019. Pourquoi ?
    Dans ce document inédit en France, le pape théologien creuse en profondeur le mystère du mal. Fort d'une longue expérience spirituelle, il décrit la lutte dantesque, invisible et sans merci qui sous-tend la crise de la pédophilie au coeur de l'Église.
    À 92 ans, ce sage n'arrête pas son regard aux zones sombres. Il discerne les lieux d'espérance pour l'Église du Christ et livre aussi son secret : combattre « l'absence de Dieu », y compris dans l'Église catholique, pour « choisir Dieu ».

  • Sommes-nous les "glorieux accidents" d'un processus dépourvu de toute sigification, ou notre existence s'inscrit-elle dans un projet ? Cette interrogation est la plus importante qui soit. Car la réponse est de nature à changer radicalement le regard que nous portons sur le monde et sur nous-même.
    Pour y répondre, Jean Staune aborde des questions primordiales : "Qui sommes-nous oe", "D'où venons-nous oe", "Sommes-nous ici par hasard oe", "Qu'est-ce que le réel oe". Il les étudie à la lumière des connaissances scientifiques de pointe qui sont exposées de façon claire et accessible.
    Chacune des 4 parties (la matière, l'univers, l'évolution de la vie et la nature de la conscience humaine) est un véritable livre à elle seule. Les expériences scientifiques les plus importantes et leurs implications y sont décrites, ainsi que les opinions de la plupart des grands scientifiques s'y consacrant.
    De ce voyage qui amène de l'infiniment grand à l'infiniment petit, de l'étude de la matière à celle de la vie et de la conscience, l'auteur tire une conclusion extraordinaire : les révolutions scientifiques du XXe siècle ont profondément changé la vision du monde. Aujourd'hui, la rationalité et la raison sont plus du côté de ceux qui pensent que notre existence et celle de l'univers sont porteuses de sens, que de ceux qui soutiennent qu'elles sont le fruit du hasard.

  • Après le succès de "La sexualité selon Jean-Paul II", Yves Semen aborde dans cet essai la spiritualité conjugale, en développant des thèmes puisés dans la théologie du corps de Jean-Paul II. Ce livre, solidement référencé au plan théologique, se veut aussi accessible à tous grâce aux exemples puisés dans le quotidien de la vie des époux.


  • un murmure assourdissant gronde dans le coeur de nombreuses personnes, mais peu osent crier leur douleur.
    pourtant, par la magie de certaines rencontres, ce murmure peut jaillir en un cri de joie. tim guénard, symbole de la résilience, nous le prouve à travers d'émouvants témoignages recueillis lors des rencontres qu'il fait à travers le monde. il nous raconte comment par les autres, le quotidien
    acquiert de la saveur ; nous, dit que chacun, quelle
    que soit la détresse de sa situation, peut trouver la force de sculpter son destin.
    c'est tout le message de ce livre poignant, oú des anonymes se font hérauts de la tendresse et de l'amour. qu'ils soient agriculteur, médecin, voyou ou enseignant, parent ou adolescent. , ils sont pour tim des " caresses de la providence ". un message de sagesse, une source d'espérance.

  • Spécialiste de l'histoire des compagnonnages et de l'univers cathédral, thèmes auxquels il a consacré plusieurs ouvrages de référence, François Icher nous offre ici un voyage original entre le Moyen-Age et le XXIe siècle avec Notre-Dame de Paris pour guide.
    Au fil des pages, le lecteur est invité à partager un regard croisé qui permet d'apprécier les invariants et les différences entre un chantier médiéval et celui qui se déroule actuellement auprès de Notre-Dame de Paris depuis le tragique incendie du 15 avril 2019.
    Toutes les étapes de la construction d'une cathédrale sont expliquées avec, en miroir, les enjeux d'un chantier moderne, si éloigné et pourtant si proche de ceux qui se déroulaient aux XIIe et XIIIe siècles.
    Du maître d'ouvrage au maître d'oeuvre, des premiers jours du chantier à son achèvement, les grandes pages du livre cathédral sont revisitées à l'aune d'une comparaison qui permet de mieux comprendre l'esprit des bâtisseurs, celui des compagnons des métiers de la pierre, du bois, du fer et du verre, sans oublier les nombreux acteurs d'un chantier cathédral qui reste encore à découvrir tant il englobe des domaines souvent ignorés du grand public.
    Du financement du chantier à son organisation dans l'espace et le temps, de la permanence de certains métiers traditionnels à l'apparition de nouveaux venus liés au numérique, François Icher nous dévoile ici la longue et belle histoire des bâtisseurs, leurs conditions de travail, leurs contributions respectives pour lever ou relever un monument en nul autre pareil.
    Un voyage passionnant au pays des ouvriers des cathédrales.

  • " Alors, Père Denis, que devenez-vous ? " C'est une phrase que l'on entend souvent dans les rues de Strasbourg ou dans les couloirs de Hautepierre, l'hôpital dans lequel le père Ledogar s'investit depuis 1979, d'abord en tant qu'infirmier anesthésiste puis en tant qu'aumônier.
    Quand on oeuvre avec les soignants auprès des malades et des mourants, que devient-on après vingt-cinq ans de service ? Contre vents et marées, le père Ledogar reste fidèle à sa vocation d'humanitaire au coeur tendre. Mais coeur tendre ne veut pas dire mièvre et, dans ce livre, il n'hésite pas à témoigner de ce qui fait mal : la douleur engendrée par la maladie et la mort, l'avenir des jeunes, le futur de l'Eglise face aux évolutions de la société.
    Il évoque également son engagement à Lourdes auprès des malades ; " la ruche ", la communauté chrétienne née au coeur de l'hôpital. Et surtout sa vie de prêtre. Celle dont il ne regrette rien, prêt à signer à nouveau des deux mains.

  • Et si Paul Bedel, paysan de la pointe de la Hague reste par choix à la traîne du progrès, vous racontait sa vie d'agriculteur? S'il vous révélait ses " houoles ", ses coins pour pêcher le homard? S'il vous présentait ses vaches, Echalote, qui " sentait l'oignon " ou Copine, " toujours sympa avec tout le monde "? S'il vous parlait " des choses qui n'arrivent qu'aux vivants ", de ses coups de gueule, de ses coups de vie? Avec le succès du livre Paul dans les pas du père et du film Paul dans sa vie, Paul Bedel est devenu le passeur d'un monde en voie de disparition.
    Chaque année, des centaines de personnes lui rendent visite pour l'entendre témoigner de ce choix de vie, celui d'une existence toute simple. Avec ce Testament, Paul Bedel vous invite vous aussi à boire une tasse de café accompagnée de petits-beurre, sur une table en bois patinée par les ans, et à l'écouter. En refermant ce livre, vous aurez le sentiment d'avoir rencontré un homme bon, serein et clairvoyant.
    L'impression de la terre, son silence et sa liberté.

  • Connaît-on vraiment Calvin ? Né Jean Cauvin en 1509, à Noyon, ce Picard au fort tempérament est un personnage complexe, resté d'une grande discrétion sur sa propre histoire. Eric Denimal nous offre ici le récit enlevé de son parcours, tant spirituel qu'intellectuel. Il s'arrête longuement sur son enfance et inscrit le réformateur dans l'ambiance de ce XVIe siècle fascinant, entre Moyen Age et Renaissance. Le climat familial, religieux, politique et culturel de l'époque influence profondément ce garçon brillant, qui aime se frotter aux pensées nouvelles. Les grandes découvertes ouvrent des horizons nouveaux et les idées propagées par Luther font vaciller les anciennes bases. L'étudiant en théologie et en droit, assoiffé de liberté, de vérité et de justice, se nourrit de cette effervescence qui agite l'Europe, où les bûchers tentent de sauver des pouvoirs et des privilèges dépassés. Avec le soutien de Théodore de Bèze, Lefèvre d'Etaples, Guillaume Farel ou Marguerite de Navarre, il domine ses adversaires, domestique une Genève tumultueuse et finit par exercer une influence majeure et durable sur une Europe en pleine mutation. En voyant grandir et se former l'homme de Noyon puis de Genève, en analysant ses combats personnels contre les autorités religieuses de sa région natale ou contre la fatalité qui mine sa vie conjugale, l'auteur nous livre la biographie pleine d'humanité d'un homme émouvant et résolu qui, entre souffrances et passions, s'est toujours effacé au profit de son oeuvre et de sa mission.

  • " Depuis que, le 20 avril 1994, vers 16 heures, je fus découpé à la machette avec quarante-trois personnes de ma famille sur la colline de Mugina, au coeur du Rwanda, je n'ai plus connu la paix.
    J'avais 15 ans, j'étais heureux. Le ciel était gris mais mon coeur était bleu. Mon existence a soudainement basculé dans une horreur inexprimable dont je ne comprendrai probablement jamais les raisons ici-bas. Mon corps, mon visage et le plus vif de ma mémoire en portent les stigmates, jusqu'à la fin de ma vie. Pour toujours. " Comme celle de tous les survivants, l'histoire de Révérien Rurangwa rejoint l'Histoire.
    Son récit évoque, avec un réalisme saisissant, l'atrocité du dernier génocide du XXe siècle : celui des Tutsi au Rwanda. Il dit aussi la force de l'instinct de survie et des processus de résilience ; l'impuissance à envisager le pardon quand la justice est bafouée ; l'énigmatique pouvoir du mal et le mystérieux silence de Dieu. Et c'est en cela qu'il parle à tous les Hommes.

  • Le « bon pape Jean » fut son surnom. Il ne régna pas longtemps, mais toucha profondément par sa simplicité de coeur. C'était un homme de bon sens à la finesse toute paysanne, grand diplomate et profondément croyant. Son héritage n'est donc pas un enseignement hors norme, mais peut-être beaucoup plus : en convoquant le concile Vatican II, il provoqua la plus grande secousse de l'histoire récente du catholicisme.
    Il ne s'embarrassait pas de ce qu'il estimait trop rigide dans les usages cléricaux ou dans la théologie classique. De ce point de vue, le pape François se reconnaît volontiers dans son illustre prédécesseur. C'est peut-être là le lot des prophètes.
    Coll. « Les grandes figures de la spiritualité chrétienne » De saint François d'Assise à Jean-Paul II, 40 grands noms de la spiritualité chrétienne sont rassemblés dans cette collection dédiée à leur vie et à leur oeuvre. Découvrez comment, au-delà de toute confession, leurs écrits trouvent un écho dans notre actualité. Dans le CD joint à chaque volume, la voix de Michael Lonsdale, qui dirige la collection, apporte aux textes choisis la puissance de sa propre conviction spirituelle.

  • Jean Chrysostome est un monument oublié. Orateur exceptionnel, prédicateur hors pair, «saint Jean Bouche d'or» défendit la foi de l'Église avec courage et souvent contre ses intérêts personnels. Jamais il ne céda aux «grands» de ce monde. Et jamais il n'opposa voie spirituelle et voie de la charité : dans son esprit, l'une n'allait pas sans l'autre.
    Son apport à la chrétienté est d'une ampleur considérable. Maître théologien, l'archevêque de Constantinople laissa un héritage d'une magnifi cence inégalée : la Divine Liturgie, le rituel le plus couramment utilisé dans l'Église orthodoxe.

  • Il y a trois vies en saint Martin de Tours. Celle du soldat, fi ls d'offi cier de l'Empire romain. Celle du fol en Christ, qui, une fois libéré de sa charge militaire, embrasse la vie d'ermite itinérant. Celle de l'évêque, qui ne se soumettra jamais à l'étiquette épiscopale en maintenant une vie de pauvreté radicale.
    Si Martin a aujourd'hui disparu de la mémoire vive des chrétiens, il demeure célèbre pour des faits devenus légendaires, dont l'épisode mémorable du partage de sa cape avec un mendiant qui portera au rang d'universalité son message de charité et son souci des plus humbles.

  • « J'ai vu, je vois, des chrétiens s'éloigner de l'Église, et massivement les jeunes générations n'en franchissent pas le seuil. La doctrine, la morale, le mode de fonctionnement de l'Église catholique leur paraît d'un autre temps, comme figés dans le passé.
    D'où vient que le catholicisme éprouve de telles difficultés à bouger les lignes et à se réformer ? Faut-il redire ici combien la « crise moderniste » éloigna l'Église du temps des hommes...
    Je souhaite fortement que l'Église catholique entre en conversation avec les hommes, faisant en sorte qu'ils se réalisent pleinement et deviennent ce qu'ils doivent être... Cessons d'accuser la perte du sens religieux, la tiédeur, le manque de foi. Interrogeons-nous plutôt sur la crédibilité du message chrétien et comment révéler que l'Évangile est porteur de sens.
    En entrant dans la modernité, notre attention doit se porter sur l'essentiel : Jésus de Nazareth venu nous dire Dieu. Et ce en conduisant notre réflexion à partir du vécu, de l'expérience existentielle des hommes de toutes cultures et dans la diversité de leur histoire.
    Aujourd'hui comme hier, voilà bien une permanence du christianisme : que la Parole de Dieu invite tous les chrétiens, quel que soit l'étage de leur résidence, à se mettre en marche, pour vivre une histoire de la fraternité.
    Il y a eu le siècle des Lumières, que l'Église devienne « La lumière du Siècle ». Tel est ce que ce livre voudrait faire advenir. » PG Trébossen.


  • chaque année en france, près d'un millier de jeunes de moins de 24 ans se donnent la mort.
    alerté par ce véritable " fait de société ", mais aussi par le manque de prévention et de communication sur ce douloureux sujet, jean-marie petitclerc nous donne les clés pour mieux le comprendre et savoir réagir. fort de son expérience d'éducateur spécialisé et éclairé notamment par les réflexions de tony anatrella, il analyse avec pertinence les principales causes du suicide des adolescents - la volonté de fuir une situation insupportable, l'appel au secours que l'adulte n'entend pas, l'épreuve du deuil, le besoin de relever un défi ou le désir de se sacrifier.
    conjuguant des témoignages de jeunes et le style direct de l'auteur, cet ouvrage au parler " vrai " est une aide précieuse pour apprendre à déceler les signes avant-coureurs d'un comportement suicidaire, mais aussi pour redonner le goût de vivre aux adolescents qui ont tenté de mettre fin à leurs jours, et pour soutenir leur entourage.

  • L'homme est un animal comme les autres, il a des dispositions à faire le bien et à agir avec altruisme... mais jamais de manière purement désintéressée. Démonstration par la philosophe Laurence Harang.

    Héros de guerre, bénévoles, pompiers... Pourquoi se dévouent-ils pour autrui en sacrifiant souvent leur bien-être, voire leur vie ? L'action purement désintéressée n'existe pas, explique Laurence Harang. Et pourtant, l'altruisme appartient à notre nature profonde, c'est-à-dire notre nature animale. S'appuyant sur des exemples concrets, puisant dans la réflexion philosophique et dans d'étonnantes expériences psychologiques, elle démontre l'empire du moi, remet en cause notre capacité à l'impartialité, même relative, et en vient à s'interroger : comment peut-on être insensible ? Dans un style clair et accessible, cette docteur en philosophie, par ailleurs prof de philo, en lycée, nous éclaire sur ce sujet... et nous aide à déculpabiliser !

  • Aidés par Samuel Rouvillois, philosophe et théologien, de grands dirigeants, membres du Parcours Perigot, confrontent leur expérience managériale à la sagesse chrétienne et sa réflexion sur les enjeux politiques et sociaux de l'entreprise.
    Mutualisation, éthique de l'argent, révolution de la communication... : autant de sujets pour lesquels ils proposent des solutions afin de répondre aux défis cruciaux des mutations contemporaines et redessiner la voie d'une économie à visage humain.

    Ont participé au Parcours Perigot :
    François Perigot, Pierre Morel, Denis Zervudacki, Bénédicte de Beaufort, Charles Beigbeder, Armand Bongrain, Olivier Campenon, Jacques de Chilly, Gilles Denoyel, Thierry Drilhon, Georges Drouin, Nadine Deswasiere, Olivier Jay, Hubert Joly, Robert Leblanc, Jean-Pierre Letartre, Michel Maupu, Olivier Mellerio, Jean-Pierre Menanteau, Priscilla de Moustier, Vianney Mulliez, Gilles Pelisson, Gervais Pellissier, Luc Poyer, Baudouin Roger, Antoine de Romanet, Geoffroy Roux de Bézieux, Yves de Talhouët, Pierre Tapie, Denis Terrien, Michel de Virville, Claire-Marie Pellegrin, Pierre-Albéric Audemard d'Alançon

  • « Le chrétien laisse venir tout le monde », dit le pape François. Pendant que l'Europe, qui n'a déjà pas réussi à intégrer les précédentes générations d'immigrés, est soumise à un afflux de migrants sans précédent, l'Église catholique, plus que jamais, martèle l'unique impératif de l'accueil, donnant l'impression de se faire complice de ce que le pape lui-même a qualifié d'« invasion ».
    Écartelés entre leur fidélité à l'Église et le légitime souci de protéger leur identité et leur civilisation, beaucoup de catholiques ressentent un malaise croissant. Plus largement, les populations européennes sont de plus en plus heurtées par un christianisme qui semble leur dénier le droit à la survie.
    Cette incompréhension est-elle une fatalité ? L'Église est-elle condamnée à être prisonnière de la « culture de la rencontre » tant vantée par le pape, au risque de livrer le continent au chaos sans profit pour les migrants eux-mêmes ? Ou bien existe-t-il une autre voie, qui permette de réconcilier les impératifs de la charité authentique et la défense de la civilisation européenne ? C'est à ces questions que répond ce livre.

empty