Etre

  • Leonard

    Wolf Erlbruch

    Léonard est un jeune garçon terrorisé par les chiens, grands et petits. Il obtient d'une fée d'être transformé en un gros chien affectueux. Ses parents, certes un peu surpris de l'échange, accueillent cependant l'animal avec joie. Mais voilà que le chien se jette à leur cou, terrorisé, dès qu'il aperçoit un enfant !

  • Un groupe d'artistes est chargé de créer le monde par une divinité, bienveillante et féminine. Craignant les outrances des plus turbulents, elle leur réserve la création des insectes. Rodolphe, l'un des créateurs, rêve de s'émanciper des quelques préceptes qui régissent l'apparition des nouveautés vivantes.
    Malgré le scepticisme ambiant, il invente le papillon...

  • Sam et Geneviève s'aiment tendrement. Le bonheur du couple serait parfait si Geneviève était moins petite, pense-t-elle. Et s'il faisait beau comme à Hawaï
    soupire le grand Sam. Et voilà qu'un matin, Geneviève est immense et Sam tout petit. "Ce n'est pas du tout ce que je voulais", se dit Geneviève tandis qu'elle cherche à rejoindre Sam sûrement en route pour Hawaï... En fait, elle l'emporte dans sa valise ! Et ils s'aimeront toujours. À Hawaï ou ailleurs. Et quelle que soit la taille variable de chacun. Un album magnifique, tant dans sa forme que dans son propos.

  • Dans sa version illustrée de 1790, le Nouvel abécédaire de Moritz était déjà un manuel hors normes entre poésie et philosophie concrète. Les images nouvelles de Wolf Erlbruch, très fidèles à l'esprit (et souvent aux gravures mêmes) de Moritz sont, de plus, légèrement impertinentes.
    L'ensemble offre un livre de réflexion profond et ludique pour les grands comme pour les petits.

  • Super Gloupi est une suite de 52 mini-textes illustrés. Fulgurantes, drôles et tendres visions de l'existence. Un petit chien noir en marinière (l'auteur oe) saute dans les flaques et nous avons les pieds mouillés. C'est la mer qui vient lire ce que ton doigt a écrit sur le sable. Mais elle ne répond pas au
    courrier. Et comment ne pas s'étonner quand mon dernier poisson rouge ne nage pas avec les autres dans le ventre du chat. Finalement, il est là. Et c'est ce qui compte !

  • Si je n'étais pas né, tout serait différent.
    Maman ne serait pas ma maman. mon frère n'aurait peut-être pas de frère. et ma soeur aurait-elle une petite soeur ? mon ami serait l'ami de quelqu'un d'autre. sûrement. mon ours aurait encore ses deux yeux mais je me manquerais vraiment. tout bien réfléchi, vivre sans moi, je ne peux pas !.

  • - oú est mamanoe quel est le chemin ? qui peut m'aider ? - moi ! moi ! moi ! répondent-ils tous.
    - alors, en route ! dit tout-en-rouge. - attendez-moi. pense le loup.

  • Parce que son grand-père va très mal, un petit lapin peu dégourdi va enquêter maladroitement auprès d'autres animaux pour tenter de savoir ce qu'est la mort. De retour au terrier, blotti contre le vieux lapin, il lui confie à l'oreille un tendre mélange des réponses recueillies.
    « Merci, petit lapin malin... » souffle le vieux lapin.

  • Une maman que rien n'effraie, qui aime les bêtes sauvages plus que les chiens fidèles, qui repeint la cuisine en une matinée, qui chevauche, la nuit, vers des aventures connues d'elle seule et qui vous garde une place contre son coeur.
    Une maman comme ça, on n'en changerait pour rien au monde.

  • Tim guette du haut d'un phare dont il est le gardien. Il attend le retour de son ami matelot. Quand il reviendra, ils feront le tour du monde, comme convenu.
    Tim ne peut penser à rien d'autre. Rose, la boulangère, essaie en vain de l'intéresser à son pain. Et le facteur au courrier qui s'accumule. Même sa soeur, Emma, a peu de succès avec le beau pull de marin qu'elle lui offre pour son anniversaire lors d'une petite fête au pied du phare...
    Quand arrive enfin le matelot, une autre attente commence... Ils sont partis et leurs proches guettent du haut du phare.

  • Il faut lire et relire le Peter Pan de J.M. Barrie, un livre à mille lieues de la niaise version de Disney. Le texte est vif, ironique, caustique parfois. On découvre une Wendy féministe, un Peter peu assuré, pathétique à force de se vouloir gai, innocent et sans coeur. Et on saura enfin pourquoi les hirondelles nichent
    sous le toit, au-dessus des fenêtres entrouvertes : c'est pour puiser dans les histoires racontées aux enfants, le soir au bord du lit, la force nécessaire à leurs grandes migrations.

  • Le succès de Super Gloupi aux Pays-Bas est à peine croyable. Déjà réimprimé plusieurs fois, il a reçu plusieurs prix littéraires : il est plébiscité par les enseignants, les enfants et la presse. Cette livraison est dans la même veine : Super Gloupi, c'est pour la vie ! propose 49 nouveaux petits poèmes fulgurants à propos du quotidien. Entre "ballon", "corde à linge", "circulation" et "mouette", on entrera avec délectation dans l'univers tendre et sans complaisance d'un auteur encore méconnu en France. Notre conseil : lire quelques pages de Super Gloupi et de Super Gloupi, c'est pour la vie ! chaque matin, à l'heure des céréales et du jus d'orange.

  • Raoul part à la pêche avec son grand-père Henry.
    Il est tout excité quand - enfin ! - un poisson mord à l'hameçon. Mais autour d'eux, les gens sont indignés et veulent forcer les deux pêcheurs à relâcher leur prise.

  • Deux charlatans, spécialistes du bien être et psychanalystes d'occasion reçoivent successivement, en consultation, nombre des personnages emblématiques de l'univers des contes. Le petit Chaperon rouge consulte parce qu'elle n'a plus confiance en sa mère. Les Trois Ours se plaignent d'une squatteuse à bouclettes blondes qui ruine l'équilibre familial. Zorro souffre d'une crise d'identité depuis qu'on le confond avec Robin des bois sous prétexte qu'il prenait aux riches pour donner aux pauvres avant lui (en fait, on apprend qu'il s'agit de Tarzan, un peu fêlé, déguisé en justicier mais dont l'éléphant est garé en double file !). Alice se trouve trop bien élevée et souhaiterait apprendre à dire vertement leur fait aux créatures agaçantes qui peuplent le pays des merveilles. et les fées, un rien brouillonnes et militantes souhaitent former un syndicat (L'union fée-ministe !) tandis que le loup qui s'est laissé convaincre qu'il est gravement malade, jure de se venger en quittant
    le cabinet. Le Pr Totem et le Dr Tabou oscillent entre incompétence, outrecuidance et culot : ils sont à coup sûr désopilants.

empty