Olivier Sillig

  • Bzjeurd

    Olivier Sillig

    " Dans ce pays, les gens disent "la Terre" pour désigner la terre.
    Ils disent "la Mer" pour désigner la mer. Et ils parlent des Limbes pour désigner les limbes. " Les limbes : un paysage de dunes grises sans cesse remodelé par les mouvements du limon ; un monde fait de boue, dure ici sous les pas du voyageur, mais presque liquide là où elle forme des vasières traîtresses. Les limbes engloutissent l'imprudent qui ne les connaît pas. Bzjeurd rentre au pays. Il trouve son village détruit, les habitants assassinés.
    Cavalier du deuil en quête de vengeance, il se rend à Kazerin, forteresse ténébreuse au coeur des limbes dont nul ne sait la raison d'être. C'est là que son errance prend une direction qu'il n'avait pas soupçonnée...

  • Axis Gooze, comptable dans une fabrique de radiateurs, doit assurer une livraison urgente à un laboratoire situé dans une ville coupée du monde.

    Leur numéro étant toujours en dérangement, le séjour se prolonge. Des liens se tissent, notamment avec Bresel, jeune musicien de rue qui exerce sur Axis une emprise fascinante.

    Huit jours après son arrivée, frappé d'une étrange amnésie, Axis débarque dans un commissariat en s'accusant d'un meurtre.

    Entre la nouvelle fantastique et le roman d'amour, Je dis tue à tous ceux que j'aime nous fait basculer dans une zone crépusculaire à l'issue incertaine. Un rêve éveillé et insaisissable dans un monde fragmenté, un récit sombre pourtant emprunt d'une grande humanité.

  • Un ex-prof de latin recueille un soir une jeune droguée. Le surlendemain, on la retrouve morte dans une tranchée. Autour gravitent des policiers et d'autres gens, tous bien réels, avec une épaisseur - ou une légèreté - une âme, un genre et un sexe, un corps et des mains.
    Voici un polar surprenant, riche de personnages que l'on ne s'attend pas forcément à trouver dans ce genre réputé viril : ainsi, une jeune fille en fauteuil roulant et un jeune homme qui vient de se séparer de son compagnon, tombent l'un sur l'autre dans le hall de la gare de Lausanne. Le père de cette jeune fille est un inspecteur de police taiseux, en fin de carrière, qui passe plus de temps à jouer au poker qu'à traquer des voyous.
    Parallèlement, Jean, un homme d'âge plus que mûr et qui n'a rien d'un héros, recueille chez lui une jeune junkie complètement défoncée ; peu après, il apprendra son décès et mènera son enquête, se faisant passer pour son grand-oncle. D'autres morts mystérieuses surviendront, les enquêtes s'entremêleront jusqu'à ce que dans un final aussi angoissant qu'époustouflant, l'étau se resserre inexorablement sur l'auteur de ces meurtres.
    La Suisse n'est décidément pas le petit pays propre que l'on croit...
    Plein de tendresse pour ses protagonistes volontiers en marge de la société, Olivier Sillig nous offre ici un polar subtilement agencé, à la fois nerveux et humaniste.
    Un roman noir, très noir et très humain, qui se termine par un final renversant.

  • Skoda

    Olivier Sillig

    Un homme reprend conscience. Autour de lui, ses camarades d'infortune gisent. Tous sont morts. L'histoire se passe aujourd'hui dans un pays qui n'est pas nommé. L'homme s'éloigne. A quelques mètres, une voiture, une Skoda, est à l'arrêt. Elle aussi était dans la cible du raid aérien. Un homme et une femme sont affalés à l'intérieur. Morts. Seul un tout petit bébé respire encore. Après quelques hésitations, l'homme prend l'enfant avec lui et part sur la route.

    Une fable sur la guerre dans notre monde. En Europe ou ailleurs. L'absurdité et l'horreur du quotidien. Contrebalancées par la beauté du lien qui se crée entre l'homme et l'enfant. La vie contre la mort.
    Né en 1951, Olivier Silig est romancier et cinéaste. A publié plusieurs romans, dont Bzjeurd, (Folio SF). Il vit à Lausanne.

  • Jambon dodu

    Olivier Sillig

    Une fois, dans les années cinquante peut-être. Dans le Marais, sans doute. Un quartier de viande, de charcuteries entrelardées de têtes de veaux vinaigrettes. Gens bons, les deux Dodus, Eve et Jean, sont retrouvés, gorge tranchée dans une tranchée. Le commissaire Confit doit alors démêler un fil d'Ariane qui le conduit ici, avant, après, ailleurs. Pas un polar mais une piste sur pavés gras, rebondissant entre lettres perdues, mille et une nuits et mots en pagaille.
    Le remarquable de ce roman, c'est que calembours, violence, nombreux meurtres, complot, intrigue, fantastique, mises en abime s'enchaînent dans un climat bon enfant, généreux, dû à la vision du monde du narrateur.
    Ce roman insolite a séduit par son écriture singulière, associée à une construction rigoureuse qui n'empêche pas le délire, son humour et sa bonhomie.

  • Le Monde vu par le petit bout de la spirale. Géographiquement, du plus près au plus éloigné. Le point de départ de ma spirale, c´est donc la Suisse, le Canton de Vaud, Lausanne ma ville. J´y suis né. En gros, j´y ai toujours vécu. J´y mourrai sans doute, malgré des velléités périodiques?: m´acheter une gare désaffectée au centre de la Sicile, m´installer dans une des vieilles bâtisses coloniales en bois vermoulu de l´Avenue Eduardo Mondaine à Beira Mozambique, terminer ma course dans une petite ville française du Gers, pour autant qu´elle ait un bistrot, une bibliothèque publique, Internet et de bonnes liaisons ferroviaires. En attendant, au gré de la vie et des surprises qu´elle me réserve, je prends quelques notes, dans un calepin que j´ai toujours à portée de main. 368 chroniques qui font ici d´Olivier Sillig, habituellement romancier, un spécialiste de plus?! mais un spécialiste de la vie dans les ruelles du monde.

  • Les limbes de bzjeurd Nouv.

  • "Approchez, Mesdames et Messieurs, venez plus près, déposez votre obole et glissez-vous sous la tente! En ce mois de mars, douzième de 1492, Hardouin, le montreur ambulant, vous présentera La Chose, un hermaphrodite adolescent conservé dans une bonbonne d'eau-de-vie.
    Pour votre plus grande édification, nous promenons de foire en foire cette étrange créature, gagnée lors d'une mémorable partie de cartes qui vous sera contée. Vous apprendrez comment le vieux montreur a sauvé d'une mort certaine Tiécelin, son actuel assistant, un gamin de sept ans. Vous suivrez leurs péripéties, leurs rencontres, la tribu qui se formera autour d'eux. Vous rencontrerez Grand Macabre, la chiromancienne qui fabulera la vraie vie de l'hermaphrodite, vous saurez l'histoire de Juan, le premier assistant parti avec Colomb aux Indes occidentales, vous découvrirez Face-de-lune le mongolien, Ava la jeune aveugle et son fiancé défiguré, Delphin le délicat chevalier et Carolingine la tortue.
    Vous verrez des routes qui se séparent, qui se retrouvent, s'achèvent et recommencent. Approchez!".

  • Olivier Sillig est écrivain, scénariste et réalisateur. Il est l'auteur de nombreux romans dont Skoda (2011) et Lyon, simple filature pour lequel il a obtenu en 2008 le Prix Bibliomedia.

    Jérémie Crichon - alias Jiminy Cricket - est un être de chair et de sang. C'est aussi un tableau vivant. Rien d'étonnant quand on sait que le romancier, aux multiples talents, est aussi artiste-peintre. Son écriture lumineuse caresse le lecteur, tout comme le héros enjôle ses partenaires. De sa fraîcheur juvénile, le garçon porte à lui seul l'érotisation des corps affranchis de l'époque. Les couleurs du Sud de la France fusionnées au mystère, chantent et opèrent. Dès les premières lignes, Jiminy est généreux et se donne à nous.

  • Tom et Tina, deux jumeaux de 7 ans s'engouffrent dans l'ascenseur de l'hôpital direction le dernier étage pour aller voir leur grand-mère qui est très malade. Une voix féminine les accueille, la voix de la Dame de l'ascenseur égrenant les différents étages.
    Alors l'imaginaire des enfants se met en route : qui est cette dame ? d'où vient-elle ? où dort-elle ? est-elle bien installée ? Comme le souhaitait l'écrivain, Fanny Dreyer révèle par son talent le vrai sens de cette histoire. Un livre sur le pouvoir de l'imagination et la force du rêve.

empty