Comtesse De Segur

  • L'âne Cadichon a eu une vie mouvementée. Malmené par une fermière qui le charge trop lourdement pour le conduire au marché, il s'enfuit. Après avoir sauvé d'un incendie une petite fille malade, il est recueilli dans un château où il devient le compagnon de jeu des enfants. Il sera aussi âne savant et débusquera des voleurs... Qui pourrait encore, en lisant ses mémoires, dire «bête comme un âne» ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les malheurs de Sophie

    Comtesse De Segur

    • J'ai lu
    • 29 Novembre 2005


    Les malheurs de Sophie
    « Vous commencez bien vos quatre ans, mademoiselle : en désobéissant quand je vous avais défendu de faire du thé, en voulant faire avaler à vos amies un soi-disant thé dégoûtant, et en vous battant avec votre cousin. »
    La petite fille offre de l'eau de l'écuelle du chien à ses amis en guise de thé, fait prendre un bain de soleil à sa poupée de cire, sale les poissons rouges de sa mère...
    De bêtises en punitions, on retrouve avec plaisir l'espiègle Sophie telle qu'en elle-même, piétinant l'ennui avec allégresse !


  • La comtesse de Ségur est la fille du gouverneur de Moscou, Rostopchine, qui, en 1812, mit le feu à la ville pour faire reculer Napoléon. Arrivée en France à l'âge de dix-sept ans, elle épouse, trois ans plus tard, le comte de Ségur qui lui donnera huit enfants. Elle commence à écrire à l'âge de cinquante-cinq ans, alors qu'elle est déjà grand-mère. Contemporaine de Balzac, de Flaubert, de Pouchkine et de George Sand, elle peint avec précision la société du second Empire et des débuts de l'ère industrielle. La véracité, parfois douce, parfois cruelle de son témoignage, ne gâte en rien la richesse foisonnante et comme magique de son inspiration. Les romans de la comtesse de Ségur ont battu tous les records de vente de livres pour enfants (plus de trente millions d'exemplaires, toutes éditions confondues). Reléguée dans le genre mineur de la littérature enfantine, elle est restée depuis cent trente ans dédaignée des adultes et de la critique littéraire. La voici enfin ressuscitée et rétablie dans son rang de grand écrivain.

  • La comtesse de Ségur est la fille du gouverneur de Moscou, Rostopchine, qui, en 1812, mit le feu à la ville pour faire reculer Napoléon. Arrivée en France à l'âge de dix-sept ans, elle épouse, trois ans plus tard, le comte de Ségur qui lui donnera huit enfants. Elle commence à écrire à l'âge de cinquante-cinq ans, alors qu'elle est déjà grand-mère. Contemporaine de Balzac, de Flaubert, de Pouchkine et de George Sand, elle peint avec précision la société du second Empire et des débuts de l'ère industrielle. La véracité, parfois douce, parfois cruelle de son témoignage, ne gâte en rien la richesse foisonnante et comme magique de son inspiration. Les romans de la comtesse de Ségur ont battu tous les records de vente de livres pour enfants (plus de trente millions d'exemplaires, toutes éditions confondues). Reléguée dans le genre mineur de la littérature enfantine, elle est restée depuis cent trente ans dédaignée des adultes et de la critique littéraire. La voici enfin ressuscitée et rétablie dans son rang de grand écrivain.

  • Madeleine et Camille de Fleurville sont deux adorables soeurs. Lors d'une promenade, elles sauvent d'un accident de voiture une petite fille, Marguerite, et sa mère. Toutes deux s'installent au château des Fleurville. Dorénavant, les trois enfants, comme les mamans, sont inséparables. Bientôt, les visites répétées de Sophie rendent les journées plus animées, car Sophie ne peut s'empêcher de faire des bêtises...

  • Cadichon est un âne si intelligent qu'il réussit à écrire ses souvenirs ! Sa vie est triste, tendre ou terriblement drôle selon ses différents maîtres, auxquels il donne parfois de bonnes leçons. Mais son histoire est surtout mouvementée, et d'aventure en aventure, Cadichon se révèle être un héros exceptionnel. Attention, ne vous avisez pas de dire de lui " Bête comme un âne ", il peut devenir très méchant !

  • Dans une petite ville d'Écosse, Charles habite chez sa cousine, la vieille madame Mac'Miche, détestable et avare. Avec l'aide de Betty, la bonne, il résiste à la méchante femme. Il lui faudra ensuite se frotter à la rude discipline de la pension des frères Old Nick. À force de jouer des tours, Charles pourrait bien devenir un terrible garnement. À moins que l'influence de Juliette, la petite aveugle, ne l'aide à devenir plus raisonnable.

  • Enfin les grandes vacances.
    Sophie, paul, camille et tous les héros des malheurs de sophie et des petites filles modèles fêtent leurs retrouvailles et font mille projets. les enfants se lancent dans la construction de cabanes avant de courir vers les fermes voisines pour goûter le lait crémeux et le pain bis ou de partir à la recherche du bon chien biribi...

  • La Comtesse de Ségur 07 NED - Les deux nigauds Nouv.

    Simplicie et son frère Innocent sont deux petits Bretons qui ne rêvent que d'une chose : vivre à Paris. Ils parviennent à la capitale. Les désillusions sont nomb-reuses car ces deux enfants gâtés, suffisants et orgueilleux, ne comprennent pas l'accueil que leur réservent les parisiens.

  • Cette édition a été établie par Claudine Beaussant, qui est aussi l'auteur de La Comtesse de Ségur ou l'Enfance de l'art (1988). La préface est de Jacques Laurent, de l'Académie française.

  • Dès la première page, sa narration est emportée par un souffle dramatique qui ne se démentira pas un instant. À l'image de La Bérézina, livre déjà publié chez France Empire, c'est l'ébranlement formidable de la Grande Armée, partie pour renouveler les exploits fabuleux d'Alexandre, entrainant derrière elle les contingents de toutes les nations de l'Europe qu'elle veut conduire jusqu'aux frontières de l'Asie. Ce sont bientôt les premières déceptions, les hésitations qui commencent, et les murmures des chefs raisonnables. Et c'est la Moskowa, l'interminable bataille, la victoire indécise, le champ de carnage où chacune des deux armées couche le soir sur ses monceaux de cadavres.
    Vient ensuite l'entrée à Moscou, l'émerveillement de l'armée devant la cité orientale qu'elle a conquise, l'espoir de la paix que le tsar russe ne pourra plus différer de signer, et bientôt la muraille de flamme rabattue sur les conquérants, la ville de rêve s'effondrant dans le brasier allumé par Rostoptchine. (Rapprochement piquant ! La fille de l'incendiaire allait devenir, quelques années plus tard, nièce par alliance du général français qui avait violé la sainte Moscou ; la comtesse de Ségur).
    C'est enfin la longue retraite, la fuite de la Grande Armée dans la neige sanglante, la procession chaque jour réduite des spectres affamées, leur détresse croissante et leur morne désespoir, le cercle glacé de l'enfer dantesque qui s'élargit à l'infini devant eux ; jusqu'au passage de la Bérézina, le fleuve traître où beaucoup de ceux qui ont échappé aux balles des Casaques trouvent un affreux tombeau. C'est enfin l'abandon par Napoléon de ces tronçons d'armée, qui vont achever de s'enliser dans les marais de la Pologne ... Les descriptions de l'historien témoin reflètent fidèlement les couleurs de plus en plus sinistres des scènes qu'il retrace.

  • Remplacer du sucre par de la craie, couper ses sourcils ou laisser fondre sa poupée... Pour faire des sottises, Sophie est douée d'une grande imagination ! Si elle prenait exemple sur son gentil cousin Paul ou sur ses amies Camille et Madeleine, elle serait sans doute moins souvent punie. Mais la pauvre Sophie a bien des malheurs. Deviendra-t-elle un jour une enfant modèle ?

  • Camille et Madeleine, les deux soeurs, s'entendent à merveille et partagent les mêmes jeux, les mêmes émotions. Camille, l'aînée, est vive et espiègle ; Madeleine est plus réservée et solitaire. Promenades en calèche, sauvetage d'un rouge-gorge tombé du nid, indigestions de cassis, disputes et réconciliations... Avec leurs amies Marguerite et Sophie, les petites filles modèles vivent les grandes joies et les petites catastrophes de l'enfance.

  • L'une des premières oeuvres de littérature jeunesse inventée par la Comtesse de Ségur...
    Une plongée inoubliable dans la campagne française du Second Empire grâce à une héroïne attachante qui a marqué des générations entières de lecteurs.

  • « Voici des histoires vraies d'une petite fille que grand'mère a beaucoup connue dans son enfance ; elle était colère, elle est devenue douce ; elle était gourmande, elle est devenue sobre ; elle était menteuse, elle est devenue sincère ; elle était voleuse, elle est devenue honnête ; enfin, elle était méchante, elle est devenue bonne. » La comtesse de Ségur présentait ainsi Les Malheurs de Sophie à sa petite-fille avec qui elle aimait tant partager ses histoires.

    Ce texte incontournable est repris ici dans son intégralité et illustré par Fabienne Delacroix pour en faire un moment de lecture et de partage en famille.

  • Du haut de ses 4 ans, Sophie en fait voir de toutes les couleurs à sa maman : une jolie poupée de cire qu'elle laisse fondre au soleil, des poissons qu'elle décide de sortir de leur bocal, son cousin Paul qui subit ses terribles colères? Des bêtises qui ne resteront pas impunies au désespoir de cette pauvre Sophie.

  • Camille et Madeleine sont de vraies petites filles modèles, gentilles et polies. Il n' en va pas vraiment de même pour la jeune Sophie qui enchaîne les bêtises. Réussira-t-elle à faire quelques progrès pour s' améliorer ? Un roman drôle et nostalgique sur l'enfance, ses petites et ses grandes joies.

  • Un beau livre relié en carton, avec un dos toilé doux au toucher, c'est un format de « conservation », des romans qui seront lus et relus dans votre bibliothèque. Le fer à dorer lui donne un côté cadeau inégalable, tout comme les grandes illustrations. Vous serez conquis par son épaisseur, il s'agit bien de la Bible de la comtesse de Ségur. Ces trois chefs-d'oeuvre de la littérature classique enchanteront toutes les jeunes lectrices et les feront entrer dans l'univers de la comtesse de Ségur.

  • Voici les célèbres aventures de Camille, Madeleine, Marguerite et Sophie, quatre fillettes âgées de quatre à huit ans, dans la campagne française du Second Empire. «Les fleurs cueillies et remplacées», «La poupée mouillée», «Le cabinet de pénitence» ou encore «La partie d'âne», autant d'épisodes drôles et grinçants à lire et à relire avec délectation !

  • Modèles, Camille et Madeleine de Fleurville le sont assurément ! Âgées de 8 et de 7 ans, ces deux soeurs sont si bonnes, si généreuses et si aimables qu'à leur contact la petite Marguerite de Rosbourg, qui vit avec elles au château, apprend à modérer ses emportements. Même Sophie, la malheureuse orpheline battue par sa belle-mère Madame Fichini et dont les bêtises sont innombrables (et mémorables !), tentera de progresser pour plaire à ses douces amies...

  • La comtesse de Ségur est la fille du gouverneur de Moscou, Rostopchine, qui, en 1812, mit le feu à la ville pour faire reculer Napoléon. Arrivée en France à l'âge de dix-sept ans, elle épouse, trois ans plus tard, le comte de Ségur qui lui donnera huit enfants. Elle commence à écrire à l'âge de cinquante-cinq ans, alors qu'elle est déjà grand-mère. Contemporaine de Balzac, de Flaubert, de Pouchkine et de George Sand, elle peint avec précision la société du second Empire et des débuts de l'ère industrielle. La véracité, parfois douce, parfois cruelle de son témoignage, ne gâte en rien la richesse foisonnante et comme magique de son inspiration. Les romans de la comtesse de Ségur ont battu tous les records de vente de livres pour enfants (plus de trente millions d'exemplaires, toutes éditions confondues). Reléguée dans le genre mineur de la littérature enfantine, elle est restée depuis cent trente ans dédaignée des adultes et de la critique littéraire. La voici enfin ressuscitée et rétablie dans son rang de grand écrivain.

  • Une version adaptée aux jeunes lectrices et magnifiquement illustrée.

empty