Livres d'exception

Livres précieux, objet somptueux,et si vous offriez un bijou de papier

  • Modigliani

    Thierry Dufrêne

    Le prisme de la légende de "l'artiste maudit" a longtemps troublé la vision de l'oeuvre d'Amedeo Modigliani. Cet ouvrage monographique invite à se plonger dans l'univers de cette légende artistique du Paris bohème et à envisager son oeuvre d'un nouvel oeil. Plus largement, ce sont les traits d'une société en complète mutation que le peintre a su saisir : la nouvelle place des femmes (la fameuse "Garçonne"), la mise en exergue de la jeunesse et le cosmopolitisme. Une société qu'il aborde selon des convictions sociales jamais démenties avec une prédilection pour les sujets populaires. Quand à son style, il puise ses racines dans l'univers parisien sans jamais s'y enfermer : traversée du cubisme sous l'égide du marchand Paul Guillaume jusqu'à un langage "cubo-métaphysique", désir de simplification au temps de Léopold Zborowski.
    La magie qu'exerce plus particulièrement la dernière période (1918-1919), marquée par un séjour prolongé de l'artiste sur la Côte d'Azur, ne peut s'appréhender sans prendre en compte l'élévation des portraits de femmes, Jeanne, Hanka ou Lunia, qui équilibrent hiératisme issu du Gréco, maniérisme réinventé des attitudes et matière lumineuse de la palette.

  • Cet ouvrage e´blouissant met en lumie`re une partie de la collection textile de Thomas Murray, marchand d'art extra-europe´en qui a re´uni au fil des anne´es un ensemble rare de textiles japonais inconnus du public franc¸ais. Leur e´tat de conservation exceptionnel et leur grande beaute´ ont conduit a` leur acquisition par le Minneapolis Institut of Art en mars 2019.
    Divise´ en trois parties, ce livre pre´sente trois grandes cate´gories de textiles japonais ainsi que diffe´rentes techniques de tissage qui leur sont associe´es. Ceux, extre^mement rares, re´alise´s par le peuple Ai¨nou surprennent tout d'abord par leur matie`re, leur finesse et leur beaute´ singulie`res. Les seconds textiles sont de´signe´s sous le terme Mingei, terme cre´e´ par Soetsu Yanagi au de´but du XXe sie`cle et qui signifie « art populaire ». Utilise´s dans la vie quotidienne, ils sont empreints d'une de´licatesse naturelle et e´le´gante. Quant au chapitre Okinawa, il met en lumie`re les cre´ations de cette i^le japonaise connue notamment pour ses bingata, des textiles aux couleurs vives et e´clatantes aux traits e´pais.
    Gra^ce a` des reproductions splendides et de tre`s nombreux de´tails, ce livre te´moigne de la finesse et de la somptuosite´ cre´ative dont savent faire preuve les tisserands japonais.

  • Les historiens de l'art ont l'habitude d'utiliser l'expression de "siècle d'or hollandais" (gouden eeuw) pour qualifier la civilisation néerlandaise du XVIIe siècle et, plus spécifiquement encore, l'art de cette période. Ce livre entend repenser cette notion en proposant d'analyser la manière dont elle a été définie, pensée et décrite au XVIIe siècle, par les Hollandais eux-mêmes, comme par leurs contemporains.
    Cet "âge d'or" est un moment historique marque par de profonds bouleversements : alors que les guerres et les rivalités politiques traversent le siècle, la dissipation des tensions religieuses en fait une terre d'accueil et de tolérance ; les Provinces-Unies assoient fermement leur hégémonie économique et commerciale, fondée notamment sur les échanges coloniaux. Savants, poètes, philosophes et artistes forgent, chacun à leur manière, les représentations naturalistes ou idéalisées de ces transformations. Appréhender la société néerlandaise du XVIIe siècle à travers la grande variété de leurs créations rend compte de l'identité plurielle d'une nation en devenir.
    Tout en suivant le fil chronologique de l'histoire, des débuts de la guerre de Quatre-Vingts Ans jusqu'aux premières années du XVIIIe siècle, les principales théories et pratiques artistiques du siècle d'or sont ici exposées, sans tenter de reconstruire a posteriori une unité factice.

  • « En une même journée, [il pouvait] être baroque, empire, préraphaélite ou japonais. Pourtant, il a toujours été Beardsley. » Julius Meier-Graefe, 1908.

  • Yoshitoshi fut le plus prolifique et le plus marquant des maîtres de l'estampe japonaise à l'ère Meiji. Cet ouvrage présente son chef-d'oeuvre, les "Cent aspects de la lune" (Tsuki hyakushi), une série commencée en 1885 et terminée juste avant la mort de l'artiste en 1892. En son temps déjà, chaque nouvelle estampe publiée était un évènement, les tirages s'épuisant bien souvent dès le matin de leur parution.
    Cet ensemble rare, inspiré de récits historiques ou légendaires, est chargé de paradoxes. Tout en perpétuant la tradition nationale, Yoshitoshi inventait un style nouveau, largement inspiré de l'Occident. En un temps où les moyens de reproduction de masse -photographie, lithographie- rendaient l'estampe obsolète, le public s'arrachait celle des "Cent aspects de la lune". L'iconographie renvoyait au patrimoine historique, mais l'artiste révolutionnait l'ukiyo-e par sa façon de peindre l'intensité des émotions humaines.  Chacune des cent estampes est ici reproduite en fac-similé de l'édition originale. Un livre de commentaires retrace la biographie de Yoshitoshi. Des reproductions complémentaires illustrent sa puissante imagination et l'épanouissement de son style personnel. L'auteur éclaire ensuite l'importance de la série dans l'art japonais de l'estampe, ainsi que les aspects techniques de sa producution. Enfin, les récits des "Cent aspects de la lune" sont détaillés planche par planche. 

  • L'intégralité des Contes de Charles Perrault.
    Un terrible loup dévore sans état d'âme la grand-mère et le Petit Chaperon rouge, des bûcherons abandonnent leurs sept garçons dans la forêt, un homme à la barbe bleue terrifie les habitants de son pays, une jeune fille se désole de ne pouvoir aller au bal. Notre édition rassemble les trois contes en vers : Griselidis, Peau d'Âne et Les Souhaits ridicules, et les huit Histoires ou contes du temps passé, avec des moralités : La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe bleue, Le Maître chat ou Le Chat botté, Les Fées, Cendrillon, Riquet à la houppe, Le Petit Poucet.

    Le brut et le merveilleux.
    En écho à la symbolique des Contes, la force et la pureté des 130 oeuvres que nous présentons dans cet ouvrage sont au service de l'expression des sentiments humains. Nées dans l'esprit de personnalités singulières à l'imagination sans bornes, animées par la nécessité de créer, éloignées des conventions académiques et peu soucieuses de reconnaissance, ces oeuvres sont un cri. Elles portent aujourd'hui le nom d'art brut, notion définie par Jean Dubuffet en 1945. Aloïse Corbaz, August Walla, Adolf Wölfli, Scottie Wilson, Henry Darger, Fleury Joseph Crépin et les 80 autres artistes présents dans ce livre inventent des oeuvres d'art spontanées, tantôt brusques, tantôt romanesques, toujours époustouflantes, dans lesquelles la féerie et la terreur des Contes sont omniprésents.

    Le regard de spécialistes.
    Bernadette Bricout, professeur de littérature orale à l'Université de Paris, et Céline Delavaux, spécialiste de l'art brut, accompagnent cette lecture par leurs introductions. Elles révèlent le sens des Contes et les liens intimes entre art brut et merveilleux.

  • Claude Aziza est, entre autres, spécialiste du XIXe en général et d'Alexandre Dumas en particulier, dont il a présidé l'Association et pour lequel il a réalisé les éditions de ses grands romans chez Omnibus. Dans sa préface, il raconte la genèse du roman et les suites qu'a provoqué son phénoménal succès. Son "Dictionnaire Monte-Cristo", de A ("Auguste Maquet", son collaborateur principal) à Z ("Zombie", en référence à la pâleur du comte), expose tout ce qu'il faut savoir sur le roman et son auteur, avec érudition et humour.
    Dans la collection des grands coffrets ajourés, il a choisi et présenté le beau Voyages extraordinaires de Jules Verne paru avec succès en 2018.

  • Nous voici retournés au beau pays de Jacominus Gainsborough.
    Il a donné rendez-vous à Douce à midi pile, car il va s'embarquer et il a quelque chose de très important à lui dire...

    Viendra-t-elle ? Et arrivera-t-elle à temps ?
    En attendant, il l'imagine : il voit avec ses yeux, entend avec ses oreilles...

    Le lecteur « traverse » presque physiquement ce livre d'artiste aux pages finement découpées : il est à la fois dans la tête de Jacominus, ce petit lapin à l'âme sensible si humain, dont il partage les doutes et les élans - et dans la peau de Douce, qui s'avance vers lui. Les tableaux se succèdent, tandis que l'impatience de Jacominus grandit : on suit le chemin de l'aimée qui se met en route, on « traverse » le verger, les faubourgs, la place du marché... comme si l'on marchait avec elle.
    Et c'est toujours avec Douce qu'on parcourt les derniers mètres sur le port et qu'on aperçoit enfin, sur le pont d'un bateau en partance, la petite silhouette de Jacominus Gainsborough...

  • En seulement six livres, Lynd Ward (1905-1985) s'est imposé comme l'un des précurseurs du roman graphique. Ses histoires - de l'artiste qui vend son âme, au couple pris dans les tourments de leur époque, en passant par l'homme maudit de ses péchés et l'ouvrier rebelle à la psychée tourmentée - ont su capturer un monde plein de contradictions dans des images d'une époustouflante modernité. Sur les pas de Frans Masereel et d'Otto Nückel, ces récits en gravures sur bois, ou romans sans paroles, dessinent les contours d'une oeuvre riche et exaltée.
    Livre après livre, cette anthologie donne à voir comment Lynd Ward, innovateur acharné, s'est créé un moyen d'expression rarement égalé en termes de puissance narrative, de construction de personnages, d'imaginaire et de techniques, où le lecteur écrit l'histoire autant qu'il la lit.

empty